Rubriques

Des billets sur des thèmes en particulier !

Pourquoi je raffole d’adaptations BDs de grands classiques

Pourquoi je raffole d’adaptations BDs de grands classiques.

Méninge Faquin

On dit souvent les pires misères des adaptations cinéma de grands classiques de la littérature. Et le cas de la trilogie du Hobbit de Peter Jackson a été éminemment édifiant à ce propos. Sur La Faquinade, avec le Lemming Affranchi, nous essayons justement de mettre en regard cela afin de comprendre ce qui fait « une bonne adaptation », même si je doute qu’une recette absolue existe.

Nous avons ainsi pu passer par Le Treizième GuerrierSphereJurassic ParkCheval de GuerreEmpire du SoleilSeul sur MarsDraculaBlade RunnerMinority ReportTotal RecallAu-delà d’un simple listing, il y a une véritable volonté de mettre en avant des grands classiques que l’on connait surtout sous leur forme filmique et c’est un point sur lequel nous essayons d’appuyer régulièrement.

Pourtant, vous l’aurez compris au titre de cet article, ce n’est pas exactement de cela que nous allons parler aujourd’hui. Bien évidemment, toute forme d’adaptation passe nécessairement par des processus similaires (réécriture, spécificités de format…) mais ce n’est qu’une petite partie de ce qui nous intéresse, que nous évacuerons bien vite.

Nous allons parler de ces romans graphiques et bande-dessinées qui, de plus en plus, nous proposent de (re)découvrir des oeuvres littéraires sous un autre format.

Vous le savez, j’aime prendre la mer. Riff Reb’s m’y emmène à l’occasion…

(suite…)

Fallait qu’elle l’ouvre – Pourquoi ont-ils tué Harley Quinn ?

Dans cette nouvelle Rubrique des Triangulations, le Vil Faquin laissera la parole à des invités qui traiteront de sujets aussi variés que pertinents autour des cultures de l’imaginaire. Cette rubrique ne sera ni régulière ni indispensable, mais elle permettra de temps à autre d’aller plus loin. Ils et Elles auront champ libre dans leur écriture car, s’ils sont ici, c’est bien que, tout compte fait, Fallait qu’ils/elles l’ouvrent.

Pour cette première occurrence de la rubrique, c’est Marêva, alias Marley Quinn, du blog Acide et Paillettes, qui permet au Vil Faquin de partager son article sur le traitement du personnage d’Harley Quinn au dans le dernier film de l’écurie DCSuicide Squad.


Suicide Squad, ou quand le cinéma a tout faux 

Suicide squad est un très mauvais film. Voilà. C’est dit. L’évidence est posée. Au revoir, et à la semaine prochaine. Non plus sérieusement, il est rare de voir un tel consensus parmi les fans et la critique, bref la grande majorité de la terre entière (tu la sens mon hyperbole ?), qui s’accorde à qualifier un film d’étron en 3D, et de le descendre comme il se doit. Suicide Squad s’est traduit dans les salles obscures, au mieux, par un ennui ferme, et de façon plus douloureuse, par deux longues heures de trahisons diverses et variées. Je ne vais pas vous parler du montage à la frankenstein du film (prendre des p’tits bouts de scènes et puis les assembler ensemble, tant pis si c’est moche), ni de ses dialogues plats comme des tongues Adidas. On va laisser de côté la déception générale, celle des scènes d’actions les plus ennuyeuses de l’histoire, des méchants les moins méchants au monde, et du goût amer laissé par un joker trop peu présent à l’écran pour nous permettre de nous forger un avis.

On va prendre ça comme un postulat, pour se concentrer sur ce que j’ai personnellement ressenti comme la trahison ultime de Suicide Squad : son traitement d’Harley Quinn.
.

giphy2

Oh non, film. Oh. NON.

(suite…)

Quid du super-problème ?

Quid du super-problème ?

Méninge Faquin

Cet article fait indirectement suite à deux autres :
La Culture Geek et Bryan Singer et les super-héros.

Vous avez entendu parlé de la sonde Juno qui est allée s’envoyer autour de Jupiter, en orbite, pour faire plein, plein de relevés ? Bon, alors sachez que je suis actuellement à l’intérieur. Je m’explique.

Sachant qu’avec le Prix Exégète 2016 la Faquinade est en train de réussir son plan de domination du monde, j’ai profité de mes entrées à la NASA – vous l’ignoriez ? Hahahaha petits joueurs – pour prendre place à bord de la sonde ellenpagique. En leur énonçant les raisons de ma demande, j’ai bien senti la compréhension et l’envie d’aider des ingénieurs de l’agence spatiale américaine et, bien que je me sois retrouvé rapidement encadré par beaucoup de messieurs estampillés CIA, un très petit chèque cautionné par l’or noir de l’édition française aura eu raison de leurs minces réticences.

Quelles étaient mes raisons, vous demandez-vous ? Eh bien, je me disais qu’après le sujet que j’allais aborder aujourd’hui, il me fallait prendre mes distances avec le public. Et donc ce sujet ?

Zack Snyder est un génie, incontestable et brillant, Batman VS Superman est le meilleur film de super-héros que j’aie vu, Captain America: Civil War est magistral et je suis halluciné par la connerie de la masse béante des spectateurs avinés qui beuglent « mais c’est long, c’est chiant, c’est nul bouh aux chiottes !« 

Sachez, aimés lecteurs, que si vous avez tenus ces propos, je vous conchie, pauvres crétins et je récapitulerai avec une phrase au niveau des plus fervents d’entre vous :

« BATMAN VS SUPERMAN CT TRE BI1 BANDE 2 NAZ.« 

"Faquin se tenant au-dessus du ramassis d'idioties craché par la race humaine", parabole, 2016.

« Faquin se tenant au-dessus du ramassis d’idioties craché par la race humaine », parabole, 2016.

(suite…)

La Culture Geek

La Culture Geek

Méninge Faquin

Geek. Ce mot ressort à toutes les sauces. On le lit partout et pour tout. »Je suis geek ! » dit untel, après avoir terminé pour la septième fois la lecture du Silmarillion. « Putain les mecs, on est trop geek, on va encore se faire du Minecraft/Call Of’ tout le week end ! » clament des voix lycéennes dans les métros lyonnais. « Ho ma chère, je ne sais plus quoi faire de mon fils ! Il passe son temps à jouer à des livres avec ses amis bizarres. » se complaint la mère perdue devant son fils qui fait du jeu de rôle alors qu’elle a entendu au JT que c’était un symptôme profond de mal-être et de dépression. « Mais arrête de faire ton/ta geek ! » blague dans le bus un encravaté à son/sa collègue coincé/e sur Candy Crush depuis plusieurs semaines.

Geek. Un mot qui parait tant dire mais qui au final n’est qu’une valise souvent vide dans laquelle on peut fourguer des personnes aux habitudes et attitudes complètement différentes. Un mot qui est apparu comme nécessité pour identifier mais dans lequel, au final, peu de ceux qu’il visait initialement se reconnaissent.

Au final, c’est bien la question qu’on entend souvent autour de nous : mais c’est quoi la culture geek ? Plus encore y-a-t-il une culture geek ? Qu’occupe comme place cette dernière dans les représentations sociales ? Est-elle part des courants dominants ou est-elle une contre-culture obscure qui fait peur ? Autant de questions qui font frémir le Faquin que je suis et auxquelles je vais essayer d’apporter une réponse.

Alors oui, on peut trouver des dizaines d’ouvrages sur le propos rédigés par des sociologues, analystes, parfois même par des icônes geeks, des centaines d’articles issus d’organes de presse classiques ou bien réalisés par des gens censés mieux comprendre ces courants pour y évoluer eux-mêmes. On trouve même des reportages, des analyses radio, des tentatives de connexion éditoriales… A vrai dire, rien de ce que j’ai pu lire jusqu’alors ne m’a réellement convaincu sur toute la ligne. C’est pourquoi je vous propose de vous livrer mon point de vue, ma réflexion, qui sera nécessairement orienté société, comme vous en avez l’habitude avec moi.

Petit fatras dont chaque objet fera penser la ménagère moyenne à la "culture geek", mes bons amis.

Petit fatras dont chaque objet fera penser la ménagère moyenne à la « culture geek », mes bons amis.

(suite…)