vil faquin

Pourquoi je raffole d’adaptations BDs de grands classiques

Pourquoi je raffole d’adaptations BDs de grands classiques.

Méninge Faquin

On dit souvent les pires misères des adaptations cinéma de grands classiques de la littérature. Et le cas de la trilogie du Hobbit de Peter Jackson a été éminemment édifiant à ce propos. Sur La Faquinade, avec le Lemming Affranchi, nous essayons justement de mettre en regard cela afin de comprendre ce qui fait « une bonne adaptation », même si je doute qu’une recette absolue existe.

Nous avons ainsi pu passer par Le Treizième GuerrierSphereJurassic ParkCheval de GuerreEmpire du SoleilSeul sur MarsDraculaBlade RunnerMinority ReportTotal RecallAu-delà d’un simple listing, il y a une véritable volonté de mettre en avant des grands classiques que l’on connait surtout sous leur forme filmique et c’est un point sur lequel nous essayons d’appuyer régulièrement.

Pourtant, vous l’aurez compris au titre de cet article, ce n’est pas exactement de cela que nous allons parler aujourd’hui. Bien évidemment, toute forme d’adaptation passe nécessairement par des processus similaires (réécriture, spécificités de format…) mais ce n’est qu’une petite partie de ce qui nous intéresse, que nous évacuerons bien vite.

Nous allons parler de ces romans graphiques et bande-dessinées qui, de plus en plus, nous proposent de (re)découvrir des oeuvres littéraires sous un autre format.

Vous le savez, j’aime prendre la mer. Riff Reb’s m’y emmène à l’occasion…

(suite…)

News 23 / 14.3.17 / Colloque du Héros & Intergalactiques

Hugh,

Ici Vil. Cela fait un bail que je n’étais pas venu vous parler directement et, pour cause, j’ai été pas mal occupé. D’abord l’ouverture de Terra Ludica, ma boutique de jeu sur Dijon – j’en avais déjà parlé dans la News 22 de septembre dernier mais l’ouverture a eu lieu mi-novembre -, et ensuite parce qu’il a bien fallu lancer le bousin et bosser comme un fou.

Mais, si j’ai gardé un rythme de lecture toujours convenable, j’avais du mal à venir en rendre compte en ces lieux. Cela s’explique tout simplement parce que j’étais sur un projet un peu plus grand. Non, il ne s’agit pas déjà du Prix Exégète – il va falloir encore un peu patienter, habiles lecteurs -, mais bien de la concrétisation – ENFIN ! – d’un projet déjà deux fois avorté – voir – : le Colloque du Héros !

Ce dernier aura lieu lors du prochain festival des Intergalactiques de Lyon les 29 et 30 avril prochains !

Colloque du Héros ma gueule. #maskagaz

(suite…)

Interview de Zippo / 8.12.16

Interview de Zippo / 8.12.16

Présentation

Bonjour, t’es qui ? Salut. Je suis plusieurs personnes, mais pour cet interview je serai Zippo. C’est mon nom de rappeur. Y a pas plus schizo qu’un rappeur.

Ca va ? J’veux dire la vie, la famille ? Oui oui, on vieillit doucement, on s’en sort bien.

Et sinon, tu as un vrai métier ? Pas vraiment. Au sens où on l’entend généralement, je déteste travailler. Pour les autres je veux dire. Mais bon faut bien remplir le frigo, obligé de faire un billet par ci par là. Ces derniers temps je fais des déménagements avec un pote, je donne des coups de main. J’ai fait toutes sortes de boulots depuis une quinzaine d’années, la plupart du temps des trucs chiants ou aliénants. L’avantage c’est que tu découvres les coulisses de ce monde, c’est très nourrissant pour l’écriture aussi.

Aujourd'hui place à l'imaginaire sonore avec Zippo et son rap décapant.

Aujourd’hui place à l’imaginaire sonore avec Zippo et son rap décapant.

(suite…)

Interviews du Vil Faquin / 25.10.16

Interviews du Vil Faquin.


Hugh,

Ici Vil. Une fois n’est vraiment (mais alors vraiment) pas coutume, c’est moi qui suis passé de l’autre côté du micro pour la postérité. Comment ? On m’informe que postérité n’est pas relatif à un quelconque encadrement de posters. Déception du public.

La première est signée par Coyotte, un ami rencontré durant mon temps chez Trollune à Lyon, qui anime désormais deux émissions radio pour la webradio Star7Radio – diantre, il y a beaucoup de radio dans cette phrase -, Gueules de Geeks, sorte de Grosses Têtes sur la culture geek, et Coyotte part en sucette, une émission où l’affreux larron a champ libre (durée, programmation, thématique, invités…) ; le tout avec une moyenne de 2.000.000 d’écoutes par émission dans le monde, ce qui n’est pas rien. C’est à l’occasion de cette seconde émission qu’il m’a proposé de venir enregistrer avec lui, lors du dernier festival Octogones à Lyon.

S’ensuivent trois heures de billevesées faquinesques où je suis amené à m’exprimer sur des sujets aussi variés que mon activité de critique sur La Faquinade, ma future boutique Terra Ludica ou encore mon amour du rap français qui sort des sentiers battus. Bref, un joli moment diffusé mercredi 19 novembre 2016 et que je vous invite à découvrir.

Pour l’écoute du podcast, c’est ici !

Et un peu plus bas, pour les courageux, une autre surprise.

Parés pour trois heures d'émission fofolle et inutile ?

Parés pour trois heures d’émission fofolle et inutile ?

(suite…)

Le Volcryn (Nightflyers)

Le Volcryn (Nightflyers)
suivi par Nightflyers (Nightflyers) et Event Horizon : le vaisseau de l’au-delà (Event Horizon)

George R. R. Martin

Robert Collector / Paul W.S. Anderson

On m’a souvent demandé pourquoi je ne parlais pas plus d’auteurs très populaires sur ce site. Parfois, même, on me l’a reproché. On me l’a même conseillé afin d’attirer plus de trafic et déchaîner les passions. Bon, je ne vous cache pas que je n’ai pris en compte ni les uns, ni les autres ; après tout je reste un faquin.

Par contre dans mes billets Y F’rait beau voir, j’ai essayé d’aborder des oeuvres plus populaires en les présentant rapidement, notamment avec J.K. Rowling et J.R.R. Tolkien. Mais il en manque, le public exigeant n’est jamais repu, il en veut toujours plus à se mettre sous la dent. Où sont les Asimov ? Où sont les Pratchett ? Où sont les Bernard Henri Levy ?

J’ai plusieurs raisons à cela. Déjà que, si je n’en parle pas, c’est probablement que je n’ai rien à en dire : soit que tout ait été déjà dit ailleurs (et probablement en mieux que ce que je pourrais faire), soit parce que je ne les ai pas lus, ces fameux auteurs [coucou Terry]. Alors si, quand !, je m’attaque à l’un d’entre eux, puisque ça finira par arriver éventuellement [cet anglicisme n’est pas heureux, mais il me plait], j’essaierai de le faire de façon intelligente, pour sortir des lieux communs et des textes rabattus dans tous les sens. Encore une fois, il y a la section Y F’rait beau voir pour cela.

Et aujourd’hui, ce jour est arrivé pour l’ami George Ronald Raymond Reuel Richard Martin. Vous le connaissez pour sa saga fleuve au lent cours et son adaptation à l’écran ? Je vous invite à le découvrir pour une autre de ses oeuvres, beaucoup plus courte mais encore adaptée à l’écran.

Un petit ouvrage qui pulse une écriture qu'on ne qualifierait pas de sensationnelle mais de bigrement efficace !

Un petit ouvrage qui pulse une écriture qu’on ne qualifierait pas de sensationnelle mais de bigrement efficace !

(suite…)