pierre bordage

Un jour la guerre s’arrêta

Un jour la guerre s’arrêta

Pierre Bordage

Je n’ai jamais lu de Pierre Bordage avant aujourd’hui. Je ne sais pas, c’est le genre d’auteur que j’avais arbitrairement qualifié de mainstream dans ma psyché dérangée. Je n’avais jamais été attiré par sa bibliographie jusqu’à présent même si, il y a quelques semaines/mois de cela, nous avions reçu à la librairie l’édition anniversaire des 20 ans de la Trilogie des Guerriers du Silence, aux éditions de l’Atalante. Et le moins que l’on puisse dire, avec le packaging (marques-page, édition soignée), c’est que comme toujours chez nos amis de l’Atalante, c’est que l’ouvrage est beau (notamment l’intrigante illustration de couverture). Mais, même à ce moment je n’ai pas été convaincu, ayant trop peur de tomber sur un ouvrage new-age qui ne me convienne pas.

Alors quand sont arrivées à la librairie les épreuves non corrigées du prochain roman de Bordage, programmé pour septembre 2014 et intitulé Un jour la guerre s’arrêta, Au Diable Vauvert, autant dire que j’étais pas follement emballé. Et puis, comme on dit, il faut bien se lancer un jour dans le grand bain, donc le voilà, blanc comme des épreuves, estampillé du petit diable à la zigounette tombante – notons que zigounette et ziggourat sont parmi les rares mots de la langue française à commencer par zig (même zygomatique leur a faussé compagnie), un mystère que les plus grand linguistes ne s’expliquent pas.

Un avis franc du collier

Je vais essayer de donner un avis objectif tant la lecture a été fade, comme… comme un truc fade quoi. Je ne dis pas que l’ouvrage est mal écrit ou encore qu’il n’y a rien à chercher dans ce genre d’écrit, cependant, en l’état actuel, je n’ai absolument rien retiré du roman. Le billet risque, ipso facto, d’être fortement plus condensé que les précédents.

L’histoire est celle d’un jeune enfant de moins de 10 ans sans nom, qui n’est visiblement pas humain et débarque sur Terre (Paris, Gaza, Inde, New York…) sans en connaître les raisons. Il est à la recherche de son identité, de sa mémoire – Jason Bourne style – et des raisons qui motivent sa présence sur la planète bleue. Il n’est pas comme nous, pauvres humains mortels, et peut parler aux âmes, commander à la matière (il se déplace sur un nuage) et lui demander de stopper la guerre, comme ça.

A priori, l’intrigue peut potentiellement – j’y vais avec des pincettes, je vous préviens – revêtir une tournure sympathique. Simplement… Bah, je me suis franchement ennuyé. Je mentionnais en introduction mon appréhension de tomber dans un trip new-age, et mes craintes se retrouvent fondées. L’avis des quelques personnes à qui j’ai fait parcourir l’ouvrage – par ailleurs bien écrit, très facilement lisible et plutôt frais – est systématiquement le même : l’idée parait sympathique mais elle revêt, dans son traitement, trop de banalité. Non pas que l’on s’ennuie à la lecture du Jour la guerre s’arrêta – on n’a pas le temps pour ça et l’écriture ne nous le permet pas – mais à aucun moment on ne s’emballe pour savoir la suite, on la devine et on n’est jamais surpris.

Pour ceux qui se demanderaient à quoi ressemblent des épreuves non corrigées.

Pour ceux qui se demanderaient à quoi ressemblent des épreuves non corrigées.

(suite…)

NEWS #2 / 16.7.14 / Un mois déjà (ou presque)

Hugh,

Ici Vil. A ce stade le blog aura certainement beaucoup avancé depuis la dernière news. Et c’est tant mieux non ? On remerciera nos amis qui nous ont aidés, notamment le nuitamment effrayant Gaths (de chez Gaths Design) auteur de la superbe bannière (si on vous dit qu’elle est superbe !).

Bannière par Gaths Design.

Voilà de la bannière (by Gaths Design).

(suite…)

News #1 / 5.7.14 / On se lance

Hugh,

Ici Vil. Un post pour rapidement vous annoncer le programme du retour de la suite qui contre-attaque. En bref, un grizzly de mes amis termine le skin du blog, avec une jolie bannière et un code couleur digne d’un code couleur (je suis sûr que vous visualisez mieux) ; d’autres articles vont arriver sur d’autres catégories (SF et Romans Histo notamment). On retiendra surtout que le blog n’est pas finalisé, qu’on se cherche encore pour les codes couleur et les visuels et qu’il est amené à évoluer avant de trouver sa forme définitive. Vous direz pas qu’on vous a pas prévenu. Non mais.

Bientôt, également, nous souhaitons lancer une chaîne youtube mais nous recherchons activement un monteur vidéo souhaitant se lancer dans un projet récurrent et plutôt cool, si possible dans la région lyonnaise, ou qui n’a pas peur de bouger. Ce serait tip top bombalipop.

Sous le pont qu'est pas beau, coule la Saône...

Sous le pont qu’est pas beau, coule la Saône…

(suite…)