Livre de Poche

Y F’rait beau voir – Le Cycle Graal

Le Cycle Graal

Chrétien de Troyes

« Bonjour, je suis le format qui sert au Faquin quand il n’a pas le temps pour un gros article mais qu’il n’a pas réutilisé depuis juillet de l’an passé parce que, vous comprenez, il travaille trop et il fait des trucs et il n’a pas le temps et patati et patata.
Il n’empêche que j’existe. J’ai des droits ! Le droit de citer une fois par mois sur cette feuille de choux désincarnée ne devrait pas être une montagne à faire appliquer quand même. Si ?
Bon, voilà. Alors je vais essayer de revenir une fois par mois, si j’y arrive, sans qu’on me fasse taire. Et puis j’espère que ça ira.
Voilà.
« 
Y F’rait beau voir.

J’m’attendais pas à trouver ça sur un nouvel article en lançant le tableau de bord du wordpress de La Faquinade ce matin. Je m’attendais plutôt à trouver une page blanche pour me lancer dans une des deux grandes Triangulations que j’avais prévues pour ce début d’année : Qu’est-ce que c’est quoi le cinéma de genre ? et C’est quoi la SF de guerre ? Des sujets qui ont brillamment été abordés très récemment par d’estimés collègues vidéastes du Nexus VI – dont on avait croisé le Capitaine en interview et dans un édito – avec leur épisode sur Starship Troopers et le Fossoyeur de Films avec son – très excellent, pertinent et bigrement intelligent – épisode sur DellaMorte DellAmore. Idem pour le genre italien du giallo, que nous n’avons fait qu’esquisser avec l’Interview de Stéphane du Chat qui Fume, sorti tout juste comme l’épisode de Chroma sur Silent Night Deadly Night par le sublissime Karim Debbache.

Alors, quand la vie s’acharne ainsi à vous écoper sous le pied les sujets les plus évidents à votre coeur, quand au royaume des espoirs déçus vous enfilez l’hermine suprême, quand vous arrivez nu au collège dans vos cauchemars, c’est qu’il est souvent le moment de se ressaisir et de revenir aux fondamentaux. Et dans notre cas, les fondamentaux c’est la base. L’origine. Le commencement. Le [tout autre synonyme accepté].

Et comme, de cette origine, je pourrais vous en parler pendant des mois et des mois, autant ne pas me laisser aller et me restreindre à ne citer que 5 raisons pour lesquelles, bah… Y F’rait beau voir !

On ne va pas se mentir, j'ai passé des mois le nez plongé dans ces pages, mais elles me plaisent toujours autant.

On ne va pas se mentir, j’ai passé des mois le nez plongé dans ces pages, mais elles me plaisent toujours autant.

(suite…)

Publicités

Le Feu, Journal d’une escouade

Le Feu, Journal d’une escouade

Henri Barbusse

Barbusse. Quand j’étais gosse, j’ai grandi dans un bled ouvrier du Sud de la Saône-et-Loire – hé, gaffe, ça arrive à des gens très bien, je vous ferais dire – rue John Fitzgerald Kennedy. La rue voisine, parallèle, portait le nom d’Henri Barbusse. Comme tout le monde autour de moi l’appelait par son ancien nom d’il y a quarante ans, à savoir la Route de Perrecy (pour Perrecy-les-Forges, un lieu chargé d’histoire, soit dit en passant), je n’avais jamais vraiment fait gaffe à ce nom. Pis ! Barbusse, ça sonnait rigolo, comme un bus fait de barbe, un peu comme dans ce clip. Alors vous pensez bien…

Et puis en 2004, j’étais enfin un grand. J’étais en troisième, au feu collège du Vieux Fresne. Et les programmes intimaient alors à nos professeurs de lettres et d’histoire d’insister sur les quatre-vingt-dixième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale. Et là, Mesdames Barbier (histoire) et Dupâquier (français) – les mêmes qui m’ont introduit (hum) à Dino Buzzati, George Orwell ou encore Arthur C. Clarke – nous avaient fait une petite review, par les noms de rues, de places et de bâtiment de notre localité, de ces témoins privilégiés de cet événement historique majeur de notre passé. Je ne les en remercierais jamais assez.

C’est ainsi que j’ai découvert Henri Barbusse. A 15 ans, tout fringant et trop intéressé à lire les fondamentaux de la fantasy anglo-saxonne pour pouvoir m’y pencher alors. J’ai dû attendre dix années de plus pour ressentir enfin, au creux du ventre, ce manquement à mes aspirations d’adolescent. Et, armé de chèques cadeaux, je me suis offert Le Feu, Journal d’une escouade. Et je l’ai lu.

Pis diantre !

Avec le calot de mon arrière grand-père, combattant de Quatorze, lui-aussi, au 62ème d'artillerie, Barbusse est bien accompagné.

Gageons qu’avec le calot de mon arrière grand-père, François Ravaud, combattant de Quatorze, lui-aussi, au 62ème d’artillerie, Barbusse est bien accompagné.

(suite…)

Y F’rait Beau Voir – Témoignages de guerre

Elégies du Nord (северные элегии)
Carnets de Guerre
Près de la voie ferrée (Prsy torze kolejowym)

Anna Akhmatova
Henri Barbusse
Zofia Nalkowska

Aujourd’hui, c’est un article particulier qui vous attend, chers lecteurs. Depuis quelques temps déjà, je comptais m’attarder un peu sur le sujet des témoignages de guerre. Mais il était bien difficile de faire un choix. Le but n’était pas de vous présenter le témoignage sous forme de roman, ceci nous l’avions déjà fait notamment avec L’Adieu aux armes d’Ernest Hemingway. De même, en ces temps de commémoration de la Première Guerre mondiale, le témoignage de guerre est souvent abordé avec plus ou moins d’à-propos.

L’objectif était donc de sortir des sentiers battus et de vous proposer, habiles lecteurs, trois formes de témoignages de guerre aussi différentes les unes que les autres. Et, tant qu’à faire, sur des périodes différentes. Sans compter que, pour une fois, vue l’ampleur des conflits, nous pouvions élargir nos horizons à de nouveaux horizons.

Alors parmi tous les auteurs qui s’offraient à nous – je pense notamment à Guillaume Apollinaire pour Première Guerre mondiale ou encore Robert Desnos, Paul Eluard ou Louis Aragon pour la Deuxième Guerre mondiale et la Résistance – il a fallu faire des choix. En cela, l’édito de Julien Delorme sur l’abolition des genres est intéressant pour le lecteur avisé.

Et ce sont donc trois formes et trois auteurs qui ont été retenus : le carnet de guerre, la poésie (notamment l’élégie) et la nouvelle ; un français, une russe, une polonaise.

Des témoignages de guerre, de différentes époques, mais qui portent tous en eux une vérité absolue : face aux horreurs du temps reste l'humanité universelle.

Des témoignages de guerre, de différentes époques, mais qui portent tous en eux une vérité absolue : face aux horreurs du temps reste l’humanité universelle.

(suite…)

Long John Silver

Long John Silver – La relation véridique et mouvementée de ma vie et de mes aventures d’homme libre, de gentilhomme de fortune et d’ennemi de l’humanité.

Björn Larsson

Pour commencer cette chronique je m’apprête à vous conseiller deux choses : la première est de bien relire L’Île au Trésor de Robert Louis Stevenson – qui avait une moustache remarquable, il faut bien le noter – et la seconde est de bien relire le tire de Long John Silver – La relation véridique et mouvementée de ma vie et de mes aventures d’homme libre, de gentilhomme de fortune et d’ennemi de l’humanité. Pour des raisons évidentes de praticité, nous parlerons, comme pour Brûlons tous ces Punks pour l’Amour des Elfes (aka Btcppade), par abréviation ; LJS-LrVemdmVedmAHldGdFeEdE. Oui, non, je vois c’que vous voulez dire.

Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai pour objectif d’arriver, après les fêtes de fin d’année probablement, à sortir des articles de réflexion autour d’un thème central, que ce soient le traitement des topoi d’assassin et de ligue d’assassins dans la fantasy, de gravité dans la sf ou encore, comme c’est le cas ici, de pirates dans le roman d’aventure. Et on a du boulot…

D’ailleurs, avant de commencer, précisons une chose : quand j’avais fait le billet sur La Confrérie des Chasseurs de Livres de Raphaël Jérusalmy, les catégories « romans d’aventures » et « roman historiques » étaient séparées mais je me suis peu à peu rendu compte qu’au final, ces deux catégories se recoupaient quasiment invariablement. C’est pourquoi je les ai regroupées. Dans le livre de Jérusalmy, Villon et ses camarades s’inscrivent dans un contexte historique précis et détaillé mais il peut, à l’instar de Bilbo, également prononcer ces paroles : « I’m going on an adventure ! » puisqu’il traverse fort justement la moitié du monde connu de l’époque.

Et dans notre cas présent, cela ne va absolument pas différer !

La B.A.S.E. : Brevet d'Aptitude au Service d'Equipage. Trois lectures qui vous donnerons tout ce qu'il vous faudra pour être un bon moussaillon.

La B.A.S.E. : Brevet d’Aptitude au Service d’Equipage. Trois lectures qui vous donneront tout ce qu’il vous faudra pour être un bon moussaillon.

(suite…)