Henri-François Serres Cousiné

Star Wars – Une saga, un mythe

Star Wars – Une saga, un mythe

Laurent Aknin

Vous savez tous que dans un tout petit peu plus d’une semaine débarquera sur nos écrans de cinéma la plus attendue des suites de la plus merveilleuse des sagas cinématographiques jamais conçues ni réalisées. Vous avez bien sûr tous réalisé qu’il s’agissait là du septième épisode de la mirobolante licence Star Wars.

Cependant, si la saga crée par George Lucas – qui n’a jamais réalisé que le premier épisode, soit dit en passant – provoque partout dans le monde un tel émoi, ce n’est pas pour rien. C’est parce qu’elle renferme en son sein l’essence entière des mythes anciens et des problématiques atemporelles qui se posent à l’Homme.

C’est justement ce pan du mythe Star Wars que Laurent Aknin nous invite à explorer dans cet ouvrage qui représente, disons-le dès maintenant, un point de passage obligé à tout essai d’analyse de l’univers et des ressors de cette galaxie très, très lointaine…

Le profil juvénile de la merveilleusement belle Natalie Portman (gnagnagna !) pour donner visage au mythe de la saga la plus célèbre du cinéma !

Le profil juvénile de la merveilleusement belle Natalie Portman (gnagnagna !) pour donner visage au mythe de la saga la plus célèbre du cinéma !

(suite…)

Kaamelott, la Quête du Savoir

Kaamelott, la quête du savoir

Nicolas Truffinet

Il y a quelques temps, au détour d’un Y F’rait Beau Voir,  je vous faisais présentation des scripts de la série télévisée Kaamelott, créée par Alexandre Astier, Alain Kappauf et Jean-Yves Robin. Peu avant je vous proposais également une analyse rapide de deux morceaux choisis de la littérature fantastico-historique française présentant sous un jour nouveau la légende arthurienne.

A cette occasion, celle lors de laquelle je vous ai présenté Mordred de Justine Niogret et L’Île Close de Lionel Davoust, donc, je vous avais présenté le lourd passé – passif ? – de la Matière de Bretagne et la difficulté de s’y distinguer d’une quelconque façon lorsque l’on est pris de l’envie – déraisonnée, certes – de s’y frotter. On avait évoqué le cinéma, la télévision, les monceaux de littérature et tout le reste. D’ailleurs, on remarquera que le magazine Histoire et Images Médiévales nous avait contacté afin que nous puissions en faire un article sur leur site internet, ce qui fut fait dans Mordred, ou l’abysse des sens.

Bref, tout cela pour en venir à ceci : j’avais, à l’occasion du double article sur Mordred et L’Île Close, essayé de dresser une analyse, rapide et incomplète, certes, des raisons pour lesquelles ces deux œuvres se distinguaient dans le paysage littéraire de la Matière de Bretagne. Eh bien Kaamelott, ou la quête du savoir de Nicolas Truffinet fait exactement le même travail pour la série d’Astier.

Au final, ça fait un bon paquet de trucs à lire. Il faudra y revenir, chez Vendémiaire.

Au final, ça fait un bon paquet de trucs à lire. Il faudra y revenir, chez Vendémiaire*.

(suite…)

Mythes et Idéologie du Cinéma Américain

Mythes et Idéologie du Cinéma américain.

Laurent Aknin

Le cinéma de genre, on vous en parle sur La Faquinade. Le Lemming Affranchi vous fait régulièrement des « petits » papiers à son propos et vous avez le plaisir de découvrir régulièrement des films fous et improbables ou de redessiner les contours des grandes productions. Cependant, dans ses papiers, il s’intéresse aux hommes et aux bandes de pellicules, mais peu aux évolutions globales de ce média fantastique et moderne qu’est le cinéma. Ce n’est pas son propos.

D’où l’intérêt de cet ouvrage signé Laurent Aknin, et qui rejoint, sur certains points, celui de Nikolavitch sur Mythe et Super-Héros. Sur certains points car Nikolavitch parlait de comics, alors qu’Aknin parle, avant tout, de cinéma et essaie de dresser un large plan d’ensemble du cinéma américain – et pas restrictivement hollywoodien car, même si les productions du saint bosquet y tiennent nécessairement une place importante, la part belle est également faite aux productions indépendantes, qui participent tout autant et sont aussi révélatrices des tendances, des courants et des idées de l’ensemble du milieu – dans l’époque moderne qu’est le XXIème siècle.

Et puis l’ouvrage aborde le point tout autant essentiel de la conquête culturelle des Etats-Unis, de leur rapport au monde et leur vision d’icelui, enfermant le lecteur du côté de la bannière étoilée pour une plongée dans un référentiel tout à fait différent, afin d’éclaircir les questions et les angoisses.

Here we go.

« I’m Batman. »

(suite…)