Hélios

Le Volcryn (Nightflyers)

Le Volcryn (Nightflyers)
suivi par Nightflyers (Nightflyers) et Event Horizon : le vaisseau de l’au-delà (Event Horizon)

George R. R. Martin

Robert Collector / Paul W.S. Anderson

On m’a souvent demandé pourquoi je ne parlais pas plus d’auteurs très populaires sur ce site. Parfois, même, on me l’a reproché. On me l’a même conseillé afin d’attirer plus de trafic et déchaîner les passions. Bon, je ne vous cache pas que je n’ai pris en compte ni les uns, ni les autres ; après tout je reste un faquin.

Par contre dans mes billets Y F’rait beau voir, j’ai essayé d’aborder des oeuvres plus populaires en les présentant rapidement, notamment avec J.K. Rowling et J.R.R. Tolkien. Mais il en manque, le public exigeant n’est jamais repu, il en veut toujours plus à se mettre sous la dent. Où sont les Asimov ? Où sont les Pratchett ? Où sont les Bernard Henri Levy ?

J’ai plusieurs raisons à cela. Déjà que, si je n’en parle pas, c’est probablement que je n’ai rien à en dire : soit que tout ait été déjà dit ailleurs (et probablement en mieux que ce que je pourrais faire), soit parce que je ne les ai pas lus, ces fameux auteurs [coucou Terry]. Alors si, quand !, je m’attaque à l’un d’entre eux, puisque ça finira par arriver éventuellement [cet anglicisme n’est pas heureux, mais il me plait], j’essaierai de le faire de façon intelligente, pour sortir des lieux communs et des textes rabattus dans tous les sens. Encore une fois, il y a la section Y F’rait beau voir pour cela.

Et aujourd’hui, ce jour est arrivé pour l’ami George Ronald Raymond Reuel Richard Martin. Vous le connaissez pour sa saga fleuve au lent cours et son adaptation à l’écran ? Je vous invite à le découvrir pour une autre de ses oeuvres, beaucoup plus courte mais encore adaptée à l’écran.

Un petit ouvrage qui pulse une écriture qu'on ne qualifierait pas de sensationnelle mais de bigrement efficace !

Un petit ouvrage qui pulse une écriture qu’on ne qualifierait pas de sensationnelle mais de bigrement efficace !

(suite…)

Publicités

Inner City

Inner City

Jean-Marc Ligny

Bon, ça fait un mois. Je vous l’avais annoncé et, tel un Nostradamus de ma propre vie, tout s’est passé comme prévu : fin avril j’ai déménagé pour des contrées plus vertes. Ceci se faisant, il a été plus que difficile pendant un certain temps d’écrire et de tenir ce site à jour. J’ai bien essayé de vous faire chaque semaine une review intéressante sur des thèmes forts, mais rien ne remplace une production nouvelle.

C’est pourquoi, histoire de tracer un trait sur le petit gouffre de ce beau mois de mai, rien de tel que reprendre ses marques dans un tissu d’articles que l’on a déjà bien filé. Je parle bien sûr de la toile cyberpunk que nous avons déjà parcouru ensemble avec NeuromancienLes Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? / Blade RunnerCyberpunk – 1988Le Programmeur de mémoire, Tuning JackConférence sur Blade Runner avec Raphaël Colson ou encore avec Au-delà de Blade Runner. Si ce dernier ouvrage, signé Mike Davis, nous plongeait dans la réalité urbaine éprouvée sur la côte Ouest des U.S. of A., une réalité évoquée derrière la fiction de Blade Runner à l’écran, Inner City nous offre de nous lancer dans une analyse toute particulière du passage de la théorie à la pratique des thèses de Davis. De quoi raviver les pires craintes d’un Raphaël Colson (voir Un avenir qui nous échappe).

Le tout en étant probablement l’un des piliers français de la science-fiction ? C’est possible, oui oui, et nous allons voir ensemble comment.

Un petit aperçu de seconde vague.

Un petit aperçu de seconde vague.

(suite…)

Les Pilleurs d’Âmes

Les Pilleurs d’Âmes

Laurent Whale

Je vous ai plusieurs fois déjà parlé de mon amour pour les gentilshommes de fortune qu’on appelle communément pirates. Nous avons en effet vu, notamment, les aventures de Long John Silver à travers le chef d’oeuvre de Björn Larsson – à savoir Long John Silver – La relation véridique et mouvementée de ma vie et de mes aventures d’homme libre, de gentilhomme de fortune et d’ennemi de l’humanité – et son chapitre coupé (augmenté d’une superbe postface) : La Dernière aventure de Long John Silver.

Par la suite j’avais même pris le temps de trianguler sur le thème des pirates avant que le Lemming ne nous présente l’oeuvre de Polanski éponyme : Pirates. Un détour s’était même effectué par les couleurs de la Navy de Sa Majesté avec La Surprise de Patrick O’Brian, qui nous emmenait aussi dans le monde merveilleux des grandes traversées et des paysages exotiques.

Bref, tout ça pour vous montrer que, en moins d’un an, La Faquinade n’a pas chômé sur le sujet. Et si, pour la sixième fois sur cette même période, je reviens vers vous avec un énième ouvrage dans lequel les protagonistes arborent fièrement d’autres tricornes de cuir bouillis, c’est qu’il se doit d’être différent.

Les Pilleurs d’Âmes de Laurent Whale le sont, pas seulement en apparence parce que le quatrième de couverture le dit. Et puis, y a une histoire de bière au milieu de tout ça. Une histoire à régler.

Tricorne, W et Rouge. Une couverture qu'elle envoie la sauce, bébé.

Tricorne, W et Rouge. Une couverture qu’elle envoie la sauce, bébé.

(suite…)