Frédéric Maire

Les Super-héros

Les Super-Héros

La Maison d’Ailleurs

Me voilà donc à vous présenter un nouvel essai prenant place dans La Rentrée des Cartables (facebook) après Jouer avec l’histoire, Le Post Apocalyptique et Cyberpunk – 1988, nous revoilà avec un petit ouvrage co-édité sur la thématique du Post-Apocalyptique et au titre éponyme. N’hésitez pas, vous aussi, à participer à cet événement qui vous permettra de remporter un ouvrage (vous choisirez parmi trois) après un tirage au sort à la soviétique égalitaire et équitable.

Et si ce premier paragraphe ressemble exactement au premier paragraphe de l’article concernant Le Post-Apocalyptique voyez-y une expression flagrante de mon inénarrable fainéantise. En parlant de ça, vous n’êtes pas sans savoir que mon article de samedi a été squizzé et que celui du mardi parait aujourd’hui mercredi. Pour samedi, c’est simplement que Les Intergalactiques m’ont occupé plus que prévu et pour hier, veuillez je vous prie blâmer le changement d’heure qui m’a imposé un changement de date. J’ai en effet mentalement reculé d’une journée, la faute à la fatigue, toussa. Si vous ne me croyez pas, et bien sachez jeunes gens que vous faites bien, car je mens sur ce point comme je respire mais comme je dois continuer à respirer pour terminer cet article, vous ne m’en voudrez pas de continuer à mentir.

Je m’en vais donc vous présenter rapidement cet ouvrage sur le post-apo les super-héros, après avoir très brillamment rempli l’introduction avec du vent. Et vous verrez, tout le reste va être pareil.

Comme vous pouvez le voir ici, ma fainéantise initiale se justifie malgré tout par une profonde similitude dans les ouvrages. Mais cela donne une identité visuelle à la collection et c'est très bien. Et si j'en reparle, c'est justement qu'elle le mérite !

Comme vous pouvez le voir ici, ma fainéantise initiale se justifie malgré tout par une profonde similitude dans les ouvrages. Mais cela donne une identité visuelle à la collection et c’est très bien. Et si j’en reparle, c’est justement qu’elle le mérite !

(suite…)

Le Post-Apocalyptique

Le Post-Apocalyptique

La Maison D’ailleurs

Me voilà donc à vous présenter un nouvel essai prenant place dans La Rentrée des Cartables (facebook) après Jouer avec l’histoire et Cyberpunk – 1988, nous revoilà avec un petit ouvrage co-édité sur la thématique du Post-Apocalyptique et au titre éponyme. N’hésitez pas, vous aussi, à participer à cet événement qui vous permettra de remporter un ouvrage (vous choisirez parmi trois) après un tirage au sort à la soviétique égalitaire et équitable.

Le post-apocalyptique donc, aka post-apo, est un genre très en vogue depuis quelques années, notamment avec la mode du zombie qui a déferlé pendant plusieurs années sur nos douces antennes et dans les salles – hum – obscures. Les 28 jours plus tard, 28 semaines plus tard et consorts nous ont avec brio remis les pieds en plein dans le post-apo. Pourtant, c’est vieux comme Crésus, ce genre du post-apo, et c’est même riche comme Hérode. A moins que ce ne soit l’inverse.

Et puis comme c’est quelque chose qui pointe largement plus que le bout de son nez dans nos littératures de l’imaginaire (cf ici même, par exemple à la nouvelle de M. Z. BradleyLa Vague Montante), il m’est apparu comme un devoir suprême de vous faire découvrir cet ouvrage ! Ca me permettra de me plonger dans le bain pour Gueule de Truie de Justine NiogretUn Eclat de Give d’Estelle Faye et tuti quanti.

Donc, mettez vous en condition : imaginez un opticien atoll tranquille, vous sirotez votre lait de goyave sur une plage paradisiaque et BOUM, le monde bascule, vous vous retrouvez avec votre slip et votre couteau papaye prêt à affronter ce nouveau monde.

Comme quoi c'est pas forcément la taille qui compte, hein.

Comme quoi c’est pas forcément la taille qui compte, hein.

(suite…)