Edition

Interview de Melchior Ascaride / 28.7.17

Interview de Melchior Ascaride / 28.7.17

Présentation

Bonjour, t’es qui ? Sait-on jamais qui nous sommes ? Est-ce que je peux être sûr de qui je suis ? Si pour la plupart je suis Melchior Ascaride, graphiste freelance, qu’est-ce qui me prouve qu’en réalité je ne suis pas l’avatar de l’un des aspects du subconscient d’un labrador endormi ? Ou le souvenir d’un univers éteint projeté dans un coin du cosmos par la lumière d’une étoile morte depuis des éons. Hein ? Et puis suis-je l’unique Melchior Ascaride ? Nous sommes peut-être innombrables, répartis dans des milliards d’univers et tous ne sont pas graphistes. Je le leur souhaite.
En tout cas, dans cet univers-ci, je suis graphiste (ou DA, comme le disent mes confrères et sœurs de Paris) et illustrateur dans l’édition (de livres et de DVD).

On est d’accord que c’est ton vrai nom ? Rage pas, c’est pas donné à tout le monde d’avoir un vrai nom qui fait office de pseudo. Et inversement.

Ca va ? J’veux dire la vie, la famille ? « J’veux pas d’famille, j’veux aucune famille, la famille c’est chiant » (Kevin MacAllister, Maman j’ai raté l’avion). Ouais ça va je suis pas à plaindre.

Et sinon, tu as un vrai métier ? Haha la question récurrente. En vrai j’ai une formation d’apprenti ninja de la Faculté de Ninjutsu de Rennes, mais le marché a été très vite saturé. Du coup, comme la seule autre chose que je sais faire de mes dix doigts en dehors de lancer des shurikens comme un dieu, c’est dessiner, non. Et puis ça me plaît de faire un faux métier, comme ça j’ai pas l’impression de bosser.

DSCN9627

Melchior Ascaride, c’est un bon paquet de hot shots de la fantasy française illustrés chez Les Moutons Electriques.

(suite…)

Publicités

Edito 8.17 / Melchior Ascaride

La littérature, c’est fait pour s’emmerder

[Ou d’une réflexion sur ce qu’on (dé)fait]

Sous ce titre affreusement clickbait se cache néanmoins un problème culturel de fond.

En France, on ne plaisante pas avec la littérature. En France, on ne badine pas avec le livre. C’est très grave, c’est comme insulter la mère de quelqu’un. Diable, nous sommes le pays héritier de Molière, Hugo, Zola et tant d’autres dont l’ombre s’étend sur toute l’histoire du livre dans l’Hexagone. Eux ne plaisantaient pas, alors ne plaisantons pas nous non plus, s’il vous plaît. La littérature, c’est le texte, le texte, le texte. Et RIEN d’autre. Alors virez-moi ces couvertures, virez-moi toute trace d’image dans ce temple stérilisé qu’est le roman.

Sans titre 1

Au milieu, le genre traité en classique. Autour, le genre. Vous avez 4 heures.

(suite…)

Interview de Stéphane du Chat qui Fume / 20.1.17

Interview de Stéphane du Chat qui Fume.

A La Faquinade, ça fait un moment qu’on veut vous parler du monde merveilleux de l’édition vidéo. Et c’est chose fait avec notre interview du jour. C'est celle de Stéphane, membre éminent du Chat Qui Fume. Cette boite au nom rigolo édite depuis plus de dix ans des titres très variés, toujours assez folkloriques ; L’Affaire de la jeune fille au pyjama jaune, Dynamite Jackson ou encore Journée noire pour un Bélier. Parmi leur catalogue, on trouve de la série B/Z Italienne et Américaine, mais aussi un peu de musique.

Présentation

Bonjour, t’es qui ? Je suis ne suis pas un numéro. Je suis Stéphane du Chat qui Fume. 1m87, 95 kilos mais je fais un régime 

Le Chat qui Fume c’est quoi ? C’est une petite société d’édition vidéo créée en 2005 et qui fêtera donc ses 12 ans cette année. Nous sommes 2 et nous faisons ça par passion.

Peux-tu nous parler des origines du chat qui fume ? Avec mon premier coéquipier, Heathcliff (qui, depuis, est parti mais Philippe a rejoint l’équipe), nous en avons discuté car nous nous emmerdions dans la vie. Nous avons décidé de créer une petite structure pour sortir les films que nous aimions. Nous n’y connaissions rien et nous nous sommes lancés. Totalement à l’arrache, sans rien savoir. Mais 12 ans plus tard nous sommes encore là et encore totalement à l’arrache.

Ici, on ne dévale pas d'escalier les membres révulsés mais le détour reste conseillé.

Ici, on ne dévale pas d’escalier les membres révulsés mais le détour reste conseillé.

(suite…)

Interview d’ (ex) étudiants de la chaîne du livre / 11.5.15

Interview d’ (ex) étudiants de la chaîne du livre

Paco (deuxième année de BP), Anouck (formation CCI),
Charlotte (libraire après BP) & Sarah (journaliste, après Master 2).

Présentation

Bonjour, t’es qui ? (rapide nom/âge/sexe/nom de jeune fille du grand père)
Paco
 J’m’appelle Paco, j’ai depuis peu, et pour longtemps je l’espère 21 ans. Pour la question du sexe…je dirai que je suis une mite en pull-over. Et le nom de jeune fille de mon grand père apparaît dans un générique d’un des épisodes de « Louis la Brocante », si jamais tu veux en savoir plus sur ma généalogie. [ndlf : probablement celui sur les manouches, LAULE]
Anouck Salut ! Je suis Anouck, 23 ans, individu de sexe féminin et je suis une hobbit bourgeoise de nature.
Charlotte Bonjour, je suis Charlotte, j’ai 21 ans, il paraît que je suis une fille mais on me pose si souvent la question que je ne sais pas si je ne suis pas plutôt un garçon dans un corps de fille [ndlf : et au final, qu’importe].
Sarah 25f92 (ASV LOL) Et sinon je m’appelle Sarah, et j’ai un humour déplorable.

Et sinon, tu as une vraie (autre) formation ?
Paco
Une formation, pour quoi faire ? Moi, j’aimais pas bien l’école, et j’m’en suis allé dès que j’ai pu, et maintenant entre le boulot, les soirées jeux, les soirée bières, et les soirées militantes, j’ai plus le temps pour des formations.
Anouck Un peu mon n’veu! J’ai fait trois ans d’études d’arts appliqués (graphisme) et une formation de caissière professionnelle dans une grande école de Mousquetaires de Lyon. Ca te forme à la dure réalité de la vie, ça, mon p’tit!
Charlotte Oui, j’ai un BP de Libraire (si, je vous jure, j’ai des diplômes et tout).
Sarah Non, je suis dans la vie active, mec. J’ai fait un master Métiers du livre et aujourd’hui je suis journaliste. Normal.

Le Master Pro de Dijon, que le Vil Faquin a suivi avec Sarah, et son emploi du temps.

Le Master Pro de Dijon, que le Vil Faquin a suivi avec Sarah, et son emploi du temps.

(suite…)