Edito 7.16 / Fred d’Omerveilles

Tapote tapote tapote, scoll scoll scoll, clic clic…

[ou de pourquoi être libraire]

Ding Dong !

  • Bonjour Monsieur,
  • Bonjour ! Bienvenue à Omerveilles.

Tapote tapote tapote, scoll scoll scoll, clic clic. Observe le nouvel arrivant.

  • Ah, mais ça sent le livre chez vous, c’est agréable. Dites-donc j’ai rarement vu autant de livres de SF, c’est impressionnant.
  • Oui, ça, y en a quelques uns. (sourire entendu)
  • C’est vous qui avez fait cette librairie ? Comment ça vous est venu comme idée ?

Comment ça m’est venu ? Ah ben oui, en voilà une question. Et puis des raisons y’en a tellement…

Des histoires à modeler, par l'esprit ou les mains.

Des histoires à modeler, par l’esprit ou les mains.

Flash : Pshhhhhhhhhhhh ——– rembobinage arrière – très très rapide – des souvenirs, loin en arrière, visions floues, pas de couleurs (non trop loin), bzzzzzzzzz, une chaise dans une classe, rangée de gauche près de la fenêtre, des lettres au tableau (encore trop loin), bzzzzzzzz, petite télé noir et blanc, boutons qui font clac, son criard, « chic des dessins animés ! »
Grand vaisseau dans l’espace, des femmes qui brûlent, une épée qui crache de l’énergie, un drapeau pirate…

Flash : Tac Tac, les images se succèdent : un robot géant mené par un orphelin, une ferme survolée par des soucoupes… Les histoires colorées du petit magazine acheté chaque semaine par grand-mère. Des noms exotiques qui font rêver un gamin solitaire : Procyon, Alcor, Vega… Avec qui partager ces chouettes histoires ?
Personne apparemment, mon frère est trop petit, ma cousine pas tout le temps là et trop grande, mes voisins pas intéressés.

Alors il y a le modelage, (c’est pratique ces pâtes de toutes les couleurs), des heures et des heures à reproduire ou à inventer des monstres géants, des guerriers bardés de canons ou des décors d’un autre monde. Ça demande d’être alimenté tout ça. Il faut de l’inspiration, des dessins qui puissent servir de modèles.

C’est bien utile les bandes dessinées mais ça se lit trop vite, la télévision c’est trop aléatoire, jamais le bon épisode quand on en a besoin, il va falloir trouver autre chose. Au fond de la salle de classe il y a des romans, avec une couverture toute verte. Voilà une bonne idée, mais y en a pas beaucoup, et puis les maîtresses aiment pas qu’on les touche. Le village a bien une bibliothèque mais on n’y va pas souvent avec l’école.

Flash : souvenirs, un parking plein de trous, un bâtiment moche, le cinéma en contrebas. Une odeur de poussière, des sièges rouges. Le film commence : « Papa, tu me lis ce qui est marqué ? ». « Il y a longtemps, dans une galaxie, très très lointaine … ». Whaou ! Alors là, voilà, ça c’est une formidable histoire, et les personnages à refaire y en a plein ! Et des vaisseaux aussi, j’aurai jamais assez de pâte à modeler ! « Luke fie-toi à ton instinct. » Explosion énorme, chasseur qui file dans le fond étoilé, musique, fin du film. De nouveau le parking à trous. « Mais papa, est-ce qu’il est mort Dark Vador ? »

Flash : Garage, un gros carton posé sur une étagère haute. Il faut grimper, sans tomber, ouvrir le dessus. Des couvertures blanches avec des illustrations futuristes, aventures, extraterrestres, grandes guerres spatiales, voyage entre les dimensions… Allez, aujourd’hui je lis celui-là : « L’univers des Torgaux »… Et demain je relirai celui-ci : « Histoires de cosmonautes », je ne m’en lasse pas.

D'un gosse qui tente le diable.

D’un gosse qui tente le diable.

Flash : Eté, chaleur, voyage fatiguant, air marin, sable chaud. « grand-père, on va au marché ? ». Etalages de fruits, de légumes, poisson, fruits de mer… Le gamin trépigne. « Tiens, prend 10 francs et vas-y ». Course jusqu’au stand de livres. Il s’agit de bien choisir. Ouah ! Celui-là il est trop bien avec le Surfer d’Argent et Mephisto, je le prends, je prendrai la suite demain si elle est là. Yeux froncés derrière le stand, grosse moustache. « Tu prends le premier 5 francs et ensuite tu peux revenir l’échanger contre un autre Nova pour 2 francs, d’accord ? »

Bim ! Retour au présent. Odeur de vieux papier.

  • Vous avez même des Strange ! Super, je les lisais quand j’étais petit.
  • Ah, oui, moi aussi, moi aussi…

Fred d’Omerveilles,
Le 11 juillet 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s