News 3 / 26.7.14 / L’infâme Jé et la nouvelle.

Hugh,

Ici Vil. Mùùm. C’est à peu près le bruit que fait le ventilateur de mon pécé par cette chaude journée d’été du 26.7.14. Si je reviens vers vous [en ce moment décisif], c’est parce qu’on atteint un rythme plutôt sympa, qu’on pourrait presque qualifier de croisière, à raison de deux articles par semaine, un le mardi et un le samedi. Pour l’instant, il n’y a que du roman, de plusieurs sortes, c’est vrai, mais quand même.

C’est le moment choisi par la Faquinade pour vous regarder droit dans les yeux, en cadrage hyper serré, avec des contre-plans sur vos pupilles dilatées par la peur, la goutte de sueur qui coule sur les fronts graisseux… Bref, trêve de spaghettis, la Faquinade vous le dit : « J’ai changé !« 

Harponi Harponons, yee haw, mateys fellows!

Harponi Harponons, yee haw, mateys fellows!

Elle change en effet avec l’arrivée de l’Infâme Jé notamment, qui débarque tout droit de Duo Decim Scripta (sur le tube) pour venir nous causer grandement de jeux de société et de jeux de rôle. Quand il aura le temps. Bref, c’est un plaisir d’accueillir parmi nous le soyeux Phacochère Burgonde, le terrible Leprechaun aux Oreilles Mouvantes (à moins que ce ne soit l’inverse). Vous verrez, en plus, il est consensuel. Comment ça vous n’y croyez pas ? Mais laissez sa chance au produit braves gens !

L’autre versant de ce changement d’organisation, vous l’avez très certainement remarqué. Vous pouvez désormais consulter les rubriques dans le menu déroulant supérieur : Ca(r)tégories, Menu, Les Faquins, La Faquinade, Contacts et toutes les catégories d’ouvrages chroniqués… C’est plus mieux non ?

C’est l’heure maintenant de passer aux critiques à venir. Outre un article signé l’Infâme Jé qui devrait débouler incessamment sous peu (vite donc), je vais revenir sur le programme de la dernière News. J’avais annoncé Jouer avec l’histoire, par l’Atelier du jeu de Rôle (essai et jeu de rôle) et La dernière aventure de Long John SilverBjörn Larsson (aventure) et, même s’ils sont lus, j’attendrai un peu avant d’en parler, notamment pour LLS dont j’attends de lire le roman auquel il se rattache (oui, c’est en réalité un chapitre non publié).

Ca, c'est pour illustrer ma traversée du désert social dans lequel je m'engage avec la rédaction de ce mémoire. Oui, je sais, cette légende est trop longue, mais que voulez vous, c'est un adjectif qui me définit bien il faut croire.

Ca, c’est pour illustrer la traversée du désert-social dans laquelle je m’engage avec la rédaction de ce mémoire. Oui, je sais, cette légende est trop longue, mais que voulez vous, c’est un adjectif qui me définit bien il faut croire.

De plus il est désormais le temps pour moi de réaliser mon *$@#¤%ù de mémoire, ce qui va me prendre du temps. De même j’ai entamé la lecture de plusieurs gros pavés, notamment Jonathan Strange & Mister Norrel de Susanna Clark, qui m’occupe régulièrement. Je vais donc profiter de mon temps perdu en transports en commun pour me plonger un peu dans le monde de la nouvelle et vous proposer des critiques novellistes.

Vous verrez donc débarquer dans les prochains jours :

  1. Vilaines Romances (série du Club de Diogène), Stéphane Mouret et Jérôme Sorre, chez la Clef d’Argent (nouvelles, XIX° siècle, fantastique/horreur),
  2. Brûlons tous ces punks pour l’amour des elfes, Julien Campredon, chez Pocket (nouvelles, regard social, fantasy municipale),
  3. Les ouvrages de la Collection Dyschroniques chez Le Passager Clandestin avec des textes de Reynolds, Zimmer Bradley, Aldiss, Spinrad, Anderson, Bova, Leinster… (nouvelles, anticipation, sf, regard social).

Ca devrait m’occuper pour le mois, parce qu’en Août, c’est nouvelles coûte que coûte !

 
Et peut-être même qu’à la fin du mois je vous publierai une nouvelle de mon cru qui a eu sa place dans un recueil il y a quelques années !
 

Vil Faquin

Advertisements

7 commentaires

  1. Ah super j’adore les nouvelles ça va me donner des idées de lecture, ça je le sens. J’aime beaucoup le côté « échantillon » – même si tu n’aimes pas beaucoup, tu peux quand même arriver au bout et avoir une vision d’ensemble de l’œuvre et de l’auteur (au-delà des codes qui ne sont pas les mêmes et permettent des choses différentes du roman). Et puis la Clé d’Argent c’est une référence il me semble, en matière de fantastique. J’avoue je n’ai lu que du William Schnabel chez eux mais dès que j’ai fait de la place dans ma bib il se pourrait que je craque sur d’autres de leurs titres qui m’ont déjà fait suffisamment de l’œil aux Imaginales d’une année passée… Dire que le fantastique est devenu une rareté de nos jours ! De plutôt beaux livres en tous cas, avec de la variété dans les œuvres de fiction apparemment, et des essais également alléchants.
    Je suis très intriguée devant la fantasy municipale… Est-ce la version rurale de la fantasy urbaine ?

    1. La fantasy municipale c’est indescriptible… Je te conseille de cliquer sur le lien hypertexte sur le nom de l’auteur, Julien Campredon, ça te donnera un état d’esprit du truc !

      Pour la Clef D’Argent, il faut que je trouve un moyen de me procurer les 6 autres tomes de la série du club de Diogène, je n’ia que le tome deux, mais j’ai l’impression de devoir en lire plus ! En tout cas, comme tous les mois d’août, je novellise ! Et peut-être même qu’à la fin du mois je vous publierai une nouvelle de mon cru qui a eu sa place dans un recueil il y a quelques années !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s